Cinq interféromètres à travers le monde produisent des données scientifiques: VIRGO et GEO en Europe, les deux interféromètres de LIGO aux Etats-Unis et TAMA au Japon. Un interféromètre australien est en projet tandis qu’un interféromètre cryogénique de seconde génération est en projet au Japon.
Cinq détecteurs résonants dont 3 en Europe sont en exploitation.
LISA, un interféromètre spatial réalisé par l’ESA en collaboration avec la NASA , doit être lancé d’ici à 2010 et sera particulièrement sensible aux très basses fréquences qu’il n’est pas possible d’atteindre à partir du sol en raison du bruit environnemental très

important à ces fréquences et des dimensions limitées d’un interféromètre au sol.

Une collaboration mondiale entre les groupes de recherche sur les ondes gravitationnelles s’est établie au travers de réunions régulières, d’échanges de données scientifiques, et d’une collaboration étroite dans l’analyse des données en vue de la realization d’un réseau mondial de détecteurs. Une coordination à haut niveau est effectuée par le comité GWIC (Gravitational Waves International Committee).

La recherche sur les ondes gravitationnelles dans le monde

14