Les vibrations sismiques du sol sont des milliards de fois plus importantes que les déplacements provoqués par le passage des ondes gravitationnelles. C’est pour cette raison qu’il est essentiel d’éviter que ces vibrations se transmettent aux composants optiques de l’interféromètre. L’isolation sismique est réalisée par une chaîne de filtres suspendus les uns aux autres, chaque filtre étant constitué de ressorts à lame triangulaire. Ces ressorts assurent l’isolation verticale tandis que le pendule composite constitué par la chaîne de filtres isole des vibrations transversales. En outre, cette chaîne est fixée à une plate-forme stabilisée qui compense les oscillations à très basse fréquence et à large amplitude et constitue le premier étage du contrôle de position avec une précision d’environ un micron.
Le second étage de contrôle de position est réalisé à la fin de la chaîne de suspension par une marionnette à laquelle le miroir et «une masse de recul» sont suspendus par l’intermédiaire de fils très fins. La position finale du miroir est assurée au moyen de très petites forces générées entre le miroir et la masse de recul par des actuateurs electro-magnétiques ou électrostatiques.
En définitive, les éléments optiques de l’interféromètre VIRGO sont dans un environnement beaucoup plus calme que celui d’un vaisseau spatial en orbite autour de la terre.

Un système parfaitement
isolé des vibrations

6