Dans les basses fréquences (10 à 200 Hz), la sensibilité de Virgo est limitée par le bruit thermique, c’est-à-dire par le fait que chaque mode de vibration des suspensions et du miroir est excité de façon permanente et aléatoire avec une énergie proportionnelle à la température absolue T. Si ces modes sont très peu amortis, cette énergie se trouve concentrée dans les pics de résonance, et ne dégrade pas la sensibilité aux autres fréquences. En revanche, si les résonances sont amorties, les pics s’élargissent et affectent une plus grande partie du spectre. C’est la raison pour laquelle il est d’une importance capitale de minimiser toutes les sources d’amortissement en sélectionnant les matériaux et leur assemblage afin d’éviter tout type de friction. Des progrès plus importants nécessiteront de refroidir l’interféromètre à des températures cryogéniques proches de 20 degrés Kelvin (-253 °C).

Avec la très haute puissance optique accumulée dans les cavités résonantes, chaque défaut ou contamination de la surface optique génère des effets indésirables comme la lumière diffuse, la déformation des éléments optiques et même des dommages permanents. Une attention particulière doit être portée, au cours de la réalisation des éléments optiques et surtout durant leur intégration, afin d’éviter toute contamination. Dès leur livraison sur le site, tous les composants mécaniques et électroniques situés dans le vide sont nettoyés dans une machine automatique spéciale et maintenus dans des conditions de propreté extrême durant leur assemblage et leur intégration. Les composants optiques sont intégrés avec encore plus d’attention.
Vers la perfection